pommes bio

Les alchimistes Pays de la Loire

La loi Grenelle 2 prévoit à terme que tous les biodéchets soient valorisés par des solutions de compostages et autres valorisations.

 

Deux échéances sont dorénavant proches, au 1er janvier tout producteur (privé ou public) produisant plus de 5 tonnes de biodéchets doit les trier et en gérer la valorisation (exemple : un restaurant de 80 couverts produit plus de 5 tonnes de biodéchets en moyenne annuelle). Au 1er janvier 2024 100% des biodéchets (particuliers comme entreprises) devront être triés et valorisés.

Quelques rappels : https://www.ecologie.gouv.fr/biodechets#scroll-nav__4

BIODÉCHETS Le Mardi 5 juillet 2022

L’article L. 541-1-1 du code de l’environnement définit les biodéchets comme : "Les déchets non dangereux biodégradables de jardin ou de parc, les déchets alimentaires ou de cuisine provenant des ménages, des bureaux, des restaurants, du commerce de gros, des cantines, des traiteurs ou des magasins de vente au détail, ainsi que les déchets comparables provenant des usines de transformation de denrées alimentaires."
Cette définition intègre donc notamment :

  • Les déchets alimentaires, aussi appelé « déchets de cuisine et de table », qui représentent l’essentiel des biodéchets produits par les ménages ou les professionnels de la restauration. Il s’agit des déchets de cuisine tels que les restes de repas ou de préparation de repas, ou encore les produits périmés non-consommés. Ils sont notamment issus des ménages, des restaurants, des traiteurs ou des magasins de vente au détail ainsi que des établissements de production ou de transformation de denrées alimentaires.
  • Les déchets issus de l’entretien des parcs et jardin, aussi appelé « déchets verts », tels que les tontes de pelouse et fauchage, les feuilles mortes, les tailles d’arbustes, haies et brindilles ou encore les déchets ligneux issus de l’élagage et de l’abattage d’arbres et de haies.

Une partie de ces déchets peut être évitée, par exemple grâce à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Le reste de ces déchets peut et doit  être valorisé spécifiquement, pour garantir une bonne qualité de traitement. De plus, c’est un gaspillage que de les éliminer par incinération ou encore mise en décharge alors qu’ils représentent une ressource importante en matière et en énergie ainsi qu’une éventuelle source de revenus.

Les biodéchets représentent encore un tiers du contenu de la poubelle résiduelle des Français, c’est-à-dire un tiers des déchets qui ne sont pas triés par les ménages ; c’est un gisement non négligeable qu’il faut maintenant détourner de l’élimination en vue d’une économie circulaire de la matière organique. La loi prévoit que tous les particuliers disposent d’une solution pratique de tri à la source de leurs biodéchets dès le 1er janvier 2024.


Dans de nombreux pays d’Europe (Allemagne, Suisse, Autriche, Italie, Espagne, Belgique …), la valorisation organique s'est développée à partir des biodéchets collectés sélectivement depuis une dizaine d’années. Ce type de collecte a connu un développement très important dans ces pays en quelques années seulement ; la généralisation du tri à la source des biodéchets à tous les acteurs français est donc bien réalisable d’ici 2024.

Un certain nombre de solutions se développent donc.
Nous pouvons citer l’exemple des alchimistes qui renforcent leur présence en Pays de la Loire autour des métropoles de Nantes et d’Angers.
Retrouvez leur site ici.

Un autre avantage de ce type de structure est de pouvoir proposer aux professionnels et aux particuliers du compost local de haute qualité utilisable en Agriculture Biologique (Norme NF44-051).